Chroniques Cartographiques

Chroniques Cartographiques

L'information à la carte


Particules fines et espérance de vie : les cartes qui dérangent

Publié par Chroniques Cartographiques sur 7 Décembre 2016, 09:30am

Catégories : #Carte de France Environnement, #Carte de France Sanitaire et Social, #Carte de France Actualités

Particules fines et espérance de vie : les cartes qui dérangent

Et c'est reparti, comme chaque année à cette période (et au mois de mars), je me dois d'alerter sur la pollution aux particules fines qui empoisonne nos vies bien au delà de la simple circulation alternée comme le laissent entendre les grands médias nationaux. Fléau qui ne semble pas (ou peu) émouvoir nos chers dirigeants non plus.

Voyez ci-dessous l'animation cartographique de la dégradation de notre air durant ces derniers jours. Voyez comme la situation est assez dramatique en Ile-de-France et dans la région Lyonnaise.

Particules fines et espérance de vie : les cartes qui dérangent

Nous savions depuis peu (merci l'OMS) que les particules fines étaient cancérigènes, mais depuis cet été et la sortie des résultats de l'étude de l'Agence Santé publique France, nous savons que la pollution de l'air est responsable, chaque année, de 48000 décès prématurés en France.

Ce fléau qu'est la pollution atmosphérique aux particules constitue d'ailleurs un problème de santé publique majeur puisque aujourd'hui il s'agit de la troisième cause de mortalité en France derrière le tabac (79 000 morts/an) et l'alcool (49 000 morts/an).

Et ne croyez pas être à l'abri si vous habitez en zone rurale. Non, les pics dont on entend souvent parler dans les médias ont un effet sur la santé assez marginal.

En effet, c'est l'exposition quotidienne et dans la durée qui a un impact plus important. Quand on sait que ces particules peuvent avoir des origines autres que l'industrie ou l'automobile, comme par exemple l'agriculture ou le chauffage au bois, nous comprenons aisément que nul n'est à l'abri.

La carte de France des concentrations de particules fines par commune

Les épidémiologistes ayant réalisé cette étude nous présentent cette carte de France permettant de situer de manière assez précise les concentrations moyennes annuelles des particules PM2,5 (les plus petites, donc les plus dangereuses) pour 36219 communes métropolitaines pour les années 2007-2008 à partir des données fournies par les agences en charge de la surveillance de la qualité de l'air.

Carte de France des concentrations en particules fines © Santé publique France

Carte de France des concentrations en particules fines © Santé publique France

Sur cette carte, nous pouvions nous attendre à retrouver les grandes agglomérations françaises en rouge foncé, mais contrairement aux attentes nous observons une dispertion des particules dans des zones que nous aurions pu croire épargnées. 

En effet, outre la région parisienne et l'axe Lyon-Marseille nous retrouvons l'ensemble d'un bon tiers de la France, zones rurales comprises, au nord d'une diagonale allant de La Rochelle à Strasbourg !

Impact des particules fines sur l'espérance de vie

Dans cette étude de l'Agence Santé publique France, les auteurs ont également cherché à évaluer l'impact sanitaire qu'aurait une réélle prise de conscience des pouvoirs publics si ceux-ci mettaient en place de vraies mesures coercitives en faveur de la réduction des concentrations de particules fines.

Pour cela, ils ont établi quatre scénarios. Dans le plus optimiste (voir la carte ci-dessous), plus de 48 000 décès prématurés seraient évités chaque année. Les personnes agées de 30 ans gagneraient ainsi jusqu'à trois ans d'espérance de vie en région parisienne ou à Lille !

Dans le scénario le plus "réaliste", les seuils en matière de concentration de particules avoisinent les valeurs proposées lors du Grenelle de l'environnement, soit 15 ug/m3.

Ainsi, si cet objectif est à terme respecté, le nombre de décès évitables serait tout de même d'environ 3 000 par an.

Gain en espérance de vie sans particules fines - © Santé publique France

Gain en espérance de vie sans particules fines - © Santé publique France

Articles connexes :

Commenter cet article

les gens s'en foute du moment qu'il peuvent utiliser leur tuture 28/09/2016 09:59

j'habite angers depuis que nous avons un maire de droite il est pour la voiture en ville nous avons une autoroute urbaine avec plus de 90 000 passages par jours au milieu de la ville rien de change ici c'est l'age de pierre mais les gens s'en foutent du moment qu'ils peuvent utiliser leur voiture

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents