Chroniques Cartographiques

Chroniques Cartographiques

L'information à la carte


Carte de France de la pollution atmosphérique, ces villes qui suffoquent

Publié par Chroniques Cartographiques sur 25 Janvier 2017, 08:10am

Catégories : #Carte de France Actualités, #Carte de France Environnement, #Carte de France Sanitaire et Social

Brume de particules fines

Brume de particules fines

Industries, poids lourds, parc automobile essentiellement diesel, chauffage au bois, agriculture, tous ces secteurs sont générateurs de particules fines également appelées PM10. 

Vous savez, ces particules dont on parle de plus en plus souvent et qui sont si petites qu'elles pénétrent l'arbre pulmonaire au plus profond. Ces mêmes particules classées cancérogènes par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

D'après les dernières études, la pollution de l'air est responsable, chaque année, de 48 000 décès prématurés en France.

Ce fléau qu'est la pollution atmosphérique constitue d'ailleurs un problème de santé publique majeur puisque aujourd'hui il s'agit de la troisième cause de mortalité en France derrière le tabac (79 000 morts/an) et l'alcool (49 000 morts/an).

Qui est concerné? D'après la Cour des Comptes, 60% de la population française respire un air de qualité dégradée. 

L'air en France de plus en plus irrespirable

En hiver avec un temps froid et sec, les journées irrespirables où les seuils d'alerte aux particules fines sont sans cesse dépassés deviennent notre quotidien.

Pourtant les risques sur le moyen et long terme sont bien réels.

Comment arrivent ces particules dans l'atmosphère?

Elles sont générées et relachées en grande quantité dans l'atmosphère chaque jour par nos activités. Pourtant nous n'observons pas (fort heureusement!) de dépassement des seuils d'alerte quotidiennement. Pourquoi?

En fait, il faut des conditions climatiques spécifiques pour que ces particules stagnent dans l'air que nous respirons.

Lorsque les conditions climatiques empêchent leur dispersion, l'accumulation dans l'air devient critique. En cas de grand froid, d'absence de vent ou de pluie, l'air ne se renouvelle pas suffisament. 

Les pics de pollution aux particules fines sont donc prévisibles à l'avance, les pouvoirs publics pourraient prendre des mesures pour les grandes villes avant même que ceux ci n'adviennent.

Malheureusement ce n'est pas le cas.

Particules fines et hausse de la mortalité

D'après une étude de l'InVS, à chaque fois que la concentration de particules augmente de 10 microgrammes par mètre cube d'air respiré, le risque de mort croît de 0,5%.

Une étude réalisée par l'institut de veille sanitaire en 2012 sur les grandes agglomérations françaises avait permis de réaliser un classement des villes les plus polluées aux particules fines. 

Marseille arrivait en tête, suivie de Lille, Lyon, Nice, Grenoble, Lens-Douai, Paris, Rouen et Strasbourg.

Les autres polluants sous surveillance

Outre les particules fines, les instituts en charge de la surveillance de la qualité de l'air dans les régions mesurent également trois autres types de polluants dangereux pour la santé : 

- le dioxyde d'azote (NO2) qui provient aussi du transport et des installations de combustion (chauffages, industries). Il se forme lors de températures élevées à partir de l'azote et de l'oxygène de l'air.

- le dioxyde de soufre (SO2), qui est un gaz libéré dans l'atmosphère par les cheminées de nos usines, la combustion de certains charbons, pétroles ou gaz naturels (les volcans émettent du SO2). Ce polluant fortement irritant provoque une inflammation de l'appareil respiratoire.

- enfin l'ozone (O3), qui est quant à lui la résultante de plusieurs réactions chimiques dans l'atmosphère. Pour schématiser, sous l'effet des ultraviolets (lors de périodes chaudes et ensoleillées), le dioxyde d'azote émis par le trafic routier laisse échapper une molécule d'oxygène qui se mélange à l'oxygène déjà présent dans l'air. O2 se transforme donc en O3.

Comment connaitre l'indice de qualité de l'air près de chez soi?

Tous ces polluants sont donc sous surveillance quotidiennement dans votre région et dans votre ville. Dès que les seuils sont dépassés,les associations agréées de la surveillance de la qualité de l'air (AASQA) émettent un bulletin d'alerte.

Pour connaitre votre AASQA, cliquez ici 

La carte de France de la pollution atmosphérique : quelle ville est la plus polluée de France?

Cliquez ici pour agrandir la carte

 
 

Sources : Associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (Aasqa). Traitements : SOeS, 2014

Explications des disparités régionales

Sur la carte ci-dessus, en cliquant sur les villes souhaitées, nous pouvons voir la proportion de jours dans l'année pendant lesquels la qualité de l'air a vraiment été mauvaise (indice atmosphérique supérieur ou égal à 6).

Marseille : ville la plus polluée de France 

Contrairement à toutes ces idées répandues dans l'inconscient collectif, Paris n'est pas la ville la plus polluée de France, tout comme les villes à la montagne ne sont pas forcément les plus saines pour la qualité de l'air (notamment les Alpes) !

En effet, les villes les moins polluées en 2014 sont, dans l'ordre, Limoges, Perpignan et Metz. A l'inverse, les villes les plus polluées sont Marseille, Cannes et Toulon.

Si l'on clique sur les principales villes, nous voyons clairement que les particules fines sont de loin les causes principales de ces dépassements de seuils, suivies de l'ozone, plus fréquemment en cause dans le Sud-Est sous l'effet des conditions climatiques .

Autre constatation : les concentrations en dioxyde de soufre ont fortement diminué en France. Non pas que les industriels aient pris des mesures pour limiter les émissions, mais plutôt à cause de la désindustrialisation et de la fermeture d'importants sites, notamment dans le secteur de la raffinerie.

La vallée de Seine par exemple, entre Le Havre et Paris, qui était souvent polluée en dioxyde de soufre ne l'est plus autant aujourd'hui.

Pour aller plus loin sur la qualité de l'air extérieur, téléchargez le guide pratique ci-dessous

L'atlas de la France toxique :

L'association Robin des bois publie un atlas de la pollution en France avec 36 cartes détonnantes pour mesurer l'impact de la pollution près de chez vous.

On y retrouve les mêmes conclusions qu'ici concernant la qualité de l'air et la palme en la matière pour la cité phocéenne, mais mieux, on y découvre par exemple aussi que les déchets radioactifs sont plus présents à Paris ou que c'est à Lyon que l'on dénombre le plus de sites contaminés et sites sensibles pour leur dangerosité classés Seveso.

Pour commander l'atlas de la France toxique, cliquez sur l'image ci-dessous :

Penser autrement notre rapport à la Terre et aux Hommes

 

 

 

Quelques autres cartes de France sur la pollution et ses victimes :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents